L'essor de la science Arabe

 La première conséquence des conquêtes a été la constitution d'un vaste espace économique en contact avec la chine à l'est, l'Europe à l'ouest et l'Afrique subsaharienne au sud. Ces trois régions ont d'ailleurs joué un rôle déterminant dans le cadre de l'alimentation du nouveau marché en matières premières, en produits de consomation à forte valeur ajoutée et en produits stratégiques comme l'or et l'argent. 

Les institutions très développées de l'Espagne arabe (administration centralisée, justice, et lois financières) contrastent alors avec les États chrétiens d’Occident mal gérés par la féodalité. Cela assure une grande prospérité économique au royaume d'Abd al-Rahman III. Son armée navale domine la Méditerranée. L’irrigation est étendue, de nouvelles cultures (canne à sucre, riz, mûrier) sont introduites. L'artisanat (soie, cuir, métaux) se développe.

Carte du califat de Cordoue: un centre multiculturel

 

Le califat de Cordoue est aussi un centre culturel et artistique très influent. De nombreuses écoles et une importante bibliothèque sont fondées à Cordoue. Les grandes universités musulmanes y enseignent la médecine, les mathématiques, la philosophie et la littérature. L’œuvre d’Aristote y est étudiée bien avant que l’Europe chrétienne ne la découvre. Cordoue devient le haut lieu de la philosophie arabe, avec Averroès, et juive, avec Maïmonide.

Averroès (intellectuel de Cordoue)

Cette peinture est l'oeuvre d'Andrea di Bonaiuto, peintre Italien ayant vécu à Florence. Il a été actif entre 1343 et 1377.

Abu'l-Walid Muhammad ibn Rouchd de Cordoue (né en 1126 [année supposée de sa naissance ] à Cordoue, en Andalousie, actuelle Espagne - mort le 10 décembre 1198 à Marrakech, au Maroc), dit Ibn Ruchd, plus connu en Occident sous son nom latinisé d'Averroès, est un philosophe, théologien islamique, juriste, mathématicien et médecin du XIIe siècle. Son œuvre est reconnue en Europe occidentale, dont il est, d'après certains, comme le spécialiste Alain de Libera, pour ses commentaires sur Aristote, « un des pères spirituels ». Certains vont jusqu'à le décrire comme l'un des pères fondateurs de la pensée laïque en Europe de l'Ouest. Son ouverture d'esprit et sa modernité déplaisent aux autorités musulmanes de l'époque, qui l'exilent comme hérétique, et ordonnent que ses livres soient brûlés. Il demeura profondément méconnu de son vivant. Il commenta abondamment et brillamment les œuvres d'Aristote : aussi les théologiens latins le nommaient-ils Le Commentateur.

L’art hispano-mauresque atteint alors son apogée.

Le second élément à souligner est la diversité des populations et des communautés dont les membres sont devenus des sujets du nouveau pouvoir. Ce qui a joué, indiscutablement, en faveur d'une réactivation des sciences. En effet, en Asie centrale, lorsque les musulmans ont contrôlé l'Empire perse, ils y ont trouvé des élites actives et des praticiens de bon niveau dans des domaines comme la médecine, l'astrologie et la comptabilité.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site